Du bio, du bon et de l'éclectisme !

L'Effet papillon, Quimper, Finistère

Photo 1 Du bio, du bon et de l'éclectisme ! Photo 2 Du bio, du bon et de l'éclectisme ! Photo 3 Du bio, du bon et de l'éclectisme !

Sans partir dans la science-fiction, l'expression « effet papillon » nous interroge tous sur les conséquences d'un simple battement d'ailes... Peut-il, comme certains le disent métaphoriquement, déclencher une tornade à l'autre bout du monde ?  S'il en est ainsi, c'est une bonne nouvelle, car les battements d'ailes de Karen, Caro et Luballi sont sincères, joyeux et respectueux de notre planète.

Voyagez Responsable (VR) : Comment est né l'Effet Papillon, un lieu hors du commun puisqu'il réunit à la fois restauration, débats, ateliers, boutique de créateurs, concerts...
Luballi : C'est  une aventure humaine. Une histoire de rencontres au bon endroit et au bon moment. Toutes les trois artisanes, nous nous sommes connues sur les marchés. L'une travaillait la laine feutrée, l'autre des bijoux et enfin la troisième était plutôt du côté de la couture et du tricot … L'envie d'avoir un lieu à nous a germé, les opportunités ont fait le reste.

VR : Vous ouvrez donc une boutique de créateurs ?
Luballi : Oui, mais l'idée était d'en faire un lieu sympa qui vive et respire. Un lieu où les gens pouvaient venir se rencontrer, échanger, partager... Nous avons donc imaginé beaucoup plus qu'une simple boutique.

VR : Vous aviez également des valeurs communes, comme le respect de notre terre et des relations humaines, valeurs qui ont l'air d'être toujours aussi importantes chez vous aujourd'hui...
Luballi : Ce n'était pas une réflexion, c'était naturel de faire ainsi et ça l'est toujours !!!

VR : Comment cela se traduit-il, par exemple, dans le choix des produits que vous servez le midi ?
Luballi : On se fournit essentiellement chez des petits producteurs du marché bio de Quimper, mais également à la Biocoop. Et dès que l'on trouve un producteur local qui travaille dans notre sens, on se fournit chez lui, comme pour la farine, par exemple.

VR : La provenance locale et l'appellation bio sont-elles nécessaires pour vous ?
Luballi : Oui, mais nous prenons toujours des pincettes avec les labels, parce qu'il nous arrive aussi de rencontrer des petits producteurs qui se lancent et qui n'ont pas l'argent pour se payer l'appellation. C'est important de les soutenir jusqu'à ce qu'ils l'obtiennent.

VR : Est-ce que vous transformez beaucoup vos produits ?
Luballi : Oui et non, puisqu'on propose toujours du cru... mais cela dépend de ce que l'on a trouvé au marché et puis de notre humeur...

VR : Par exemple cela a donné quoi ce midi ?
Luballi : Un velouté de courgettes aux noix de cajou et raisins, une tarte aux poireaux, du porc miel-gingembre avec du boulgour, du chutney de betterave avec une purée de patate douce et de la chayotte farcie... Mais si l'on avait été en hiver cela aurait été plutôt un bol de soupe lentilles corail au lait de coco curry et une tarte potiron-mimolette ! Tous les jours nous servons une tarte ou un cake, une soupe, un plat du jour, un plat végétarien et une assiette de crudité à se composer soi-même.

VR : Et tous les mercredis, une burger party !!
Luballi : Oui, on s'est rendu compte que nous avions beaucoup de mal à faire venir les jeunes.  Nous proposons également des plats végétaliens, d'autres sans gluten ou sans lactose... L'essentiel est de créer des ponts entre les gens, les activités, les idées...

VR : On retrouve ce fil directeur dans les débats, ateliers, conférences que vous programmez...
Luballi : Tous les mois il se passe en effet pas mal de choses : rencontres, ateliers, spectacles, musique, trocs de graines... La société est en fait trop cloisonnée. Il faut ouvrir les horizons, offrir l'accès à une multitude de formes de pensée, de réflexion. L'idée est de créer des ponts entre les professionnels et les univers. Et s'il n'y avait qu'un seul fil conducteur, ce serait tout simplement le respect de l'être humain !

VR : Et pour ceux qui ne passent pas par Quimper, vous vous déplacez également avec votre cantine ambulante sur des événements. Comment est- venue cette idée ?
Luballi : C'était pour une question d'équilibre... On avait besoin de mouvement... J'aime beaucoup notre lieu, parce qu'on est dans l'accueil, c'est un point de repère. Mais lorsqu'on est dans le mouvement, l'esprit s'ouvre vers l'inconnu, il apprend, il découvre... et on ramène tout cela à l'Effet papillon !

VR : A côté de votre cantine ambulante, vous installez des chaises et des tables mais aussi un petit vélo qui sert à produire l'énergie pour mixer les fruits ! Vous nous en diriez un peu plus ?
Luballi : D'abord, la caravane fonctionne en autonomie d'énergie. Il y a des panneaux solaires qui alimentent le réfrigérateur. Les batteries accumulent assez d'énergie le jour pour la redistribuer la nuit.  Et oui, nous avons un vélo en libre-service qui sert à produire de l'énergie pour mixer les milk-shake !!! Cela fait rigoler tout le monde, et en même temps, c'est une manière ludique et légère d'aborder la question de la transition énergétique.

VR : Et si l'on veut forcer la rencontre avec la cantine ambulante ?
Luballi : Il suffit d'aller sur notre blog pour voir les manifestations auxquelles on participe.

VR : Et pour finir en fanfare, qu'est-ce que la joyeuse gazette ?
Luballi : C'est l'idée de mettre un peu d'humour et de bonheur dans nos vies, de montrer qu'il existe des choses extrêmement positives dont on entend pas assez parler. On entend surtout parler de crises, de guerres, de désastres écologiques... Il ne faut pas non plus être naïfs, mais toutes ces nouvelles pompent notre énergie. Et beaucoup de gens n'ont pas attendu des lois pour que cela change et c'est super ! Ça grouille, il y a plein d'idées, d'initiatives, qui sont certainement très locales mais foisonnantes. Il y existe donc une autre façon de vivre, qui reste encore à inventer, mais qui se met en place... Et  c'est plus à ça qu'on a envie de croire !

VR : Et donc on peut s'inscrire à cette heureuse newsletter ?
Luballi : Oui, et quand on a une bonne nouvelle, on la partage... On vous annoncera bientôt que la cantine ambulante fonctionne en bio gaz, car on a réussi à traiter nos déchets et à fabriquer notre propre gaz !

L'Effet Papillon

22 rue de Douarnenez
29000 Quimper
02 98 74 29 25
leffet-papillon.blogspot.fr