Envie d'une douce parenthèse ?

La Douce Parenthèse Plounéour-Ménez, Finistère

Photo 1 Envie d'une douce parenthèse ? Photo 2 Envie d'une douce parenthèse ? Photo 3 Envie d'une douce parenthèse ? Photo 4 Envie d'une douce parenthèse ? Photo 5 Envie d'une douce parenthèse ? Photo 6 Envie d'une douce parenthèse ? Photo 7 Envie d'une douce parenthèse ?

Au cœur des monts d'Arré, et pourtant à quelques encablures des côtes, les gîtes de La douce parenthèse invitent au repos et au bien-être, le tout dans une décoration soignée et chaleureuse. Soyez prudents, il y a de fortes chances pour qu'à la fin de votre séjour, vous n'ayez pas envie de refermer cette parenthèse...

  • Vous avez deux gîtes et une chambre d'hôte indépendante, qu'entendez-vous par indépendante ?

Claudie : cette chambre est au fond du jardin et non dans notre maison principale, très au calme. Ce n'est pas que je n'ai pas envie de voir mes hôtes, bien au contraire, mais cette indépendance offre une tranquillité très appréciable pour les vacanciers.

  • Quand vous commencez le chantier de l'ancienne écurie, de la crèche à cochon et d'une ruine, vous vous tournez vers l'écologie. Comment en êtes-vous arrivés à ce choix ?

Claudie : ce lieu était la ferme des grands-parents de mon mari. Il y avait une envie de respecter le bâti, le savoir-faire des anciens et l'histoire de ces bâtiments... et puis, depuis toujours nous vivons avec cette idée de respect de la nature, donc cela a été assez évident.

  • Et pour la déco ?

Claudie : j'arpente les vide-greniers, les dépôts-vente, et suis une habituée du bon coin... Je chine, je restaure, je patine, je redonne vie à des objets qui se sont perdus en chemin... Et maintenant j'ai plein d'amis qui m'apportent des choses en se disant : « Tiens Claudie saura forcément en faire quelque chose ». Allez... je dirais que 85% des objets qui meublent ma maison et les gîtes ont tous une histoire à raconter. J'aime beaucoup ce lien sensible aux choses.

  • Quels conseils pourriez-vous donner pour réussir à faire du neuf avec de l'ancien ?

Claudie : d'ouvrir les yeux, de former son regard. D'observer les objets sous un nouvel angle... et puis d'essayer, de se lancer. Beaucoup de gens aujourd'hui n'osent pas se lancer. Bien sûr on ne réussit pas forcément la première fois, mais est-ce grave d'échouer, d'apprendre et de recommencer ?

  • Vos hôtes sont-ils sensibles à votre démarche environnementale ?

Claudie : certains oui, certains non, cela dépend. Lors de l'entrée dans les lieux, je sème ici et là quelques pistes. Par exemple, je leur dis : « Si vous êtes allergiques, n'ayez pas de crainte, ici tout est bio ! ». Cela ouvre la discussion, ou pas d'ailleurs! Mais mon but n'est pas de faire du prosélytisme, à part pour le tri des déchets ! Là, je suis intransigeante ! Souvent je les amène tranquillement là où ils ne seraient pas allés. Sans violence, on progresse toujours mieux en douceur. C'est d'ailleurs peut-être la meilleure manière d'arriver à un tourisme durable... Distiller de petites choses ici et là. Et s'ils partent d'ici avec une légère conscience environnementale, tant mieux! Et puis, souvent, ils repartent aussi très reposés, souriants, avec un autre regard sur les gens, la nature et la nourriture.

  • Cela nous mène directement à votre potager. Dans l'abri vous laissez des fruits,  des légumes, des œuf en libre service...

Claudie : il y a une balance, et un petit carnet pour noter, tout repose sur la confiance. C'est aussi cela l'environnement, le durable, le responsable... Offrir aux gens le meilleur de la terre à des prix abordables, pour que chacun, et particulièrement ceux qui n'ont pas forcément les moyens le reste de l'année, goûte des produits sains et délicieux.

  • C'est une acceptation large et généreuse du terme environnement...

Claudie : et encore cela peut-être beaucoup plus large ! Le fait de savoir observer, respecter, prolonger l'environnement qui nous entoure... Et cela ne concerne pas uniquement la nature, il y a  également tout le côté humain. C'est un moment privilégié pour les personnes qui nous rendent visite, et l'on se doit de leur offrir le maximum de plaisir, de partage et de douceur. Et tout cela à des tarifs accessibles au plus grand nombre.